Historique

La création de la revue Signifiances a émergé de la nécessité de publier des travaux novateurs portant sur des thématiques peu représentées par ailleurs (langage et énaction, incarnation du signifiant, sémiogenèse, interloctution, analogie). Elle prétend notamment prendre le relais de la revue Chréode. Vers une linguistique du signifiant (dir. Marie France Delport, Editions Hispaniques, Paris 4-Sorbonne) et des Cahiers de linguistique analogique (dir. Philippe Monneret, ABELL, Dijon) dont les publications ont été arrêtées.

En mai 2014, Philippe Monneret (Univ. Paris 4-Sorbonne) et Didier Bottineau (CNRS / LDI - Paris 13) ont lancé un mouvement intellectuel nommé SAISIE ("Signifiant, Analogie, Interlocution, Sémiogenèse, Incarnation, Enaction") dont l'objectif est de donner une plus grande visibilité et de fédérer les chercheurs isolés dans leurs centres de recherches ou dans leurs institutions mais travaillant en réalité sur des thématiques qui méritaient d'être mises en regard entre elles et avec d'autres théories.

 Créée en 2016 et hébergée par la plateforme OJS de Clermont Université, la revue électronique annuelle Signifiances (Signifying) se présente comme pluridisciplinaire et/ou transdisciplinaire (selon les travaux/numéros) et spécialisée dans les thématiques déclinées dans la charte.

 

Charte de la revue Signifiances (Signifying)

(A l’attention des auteurs et des coordinateurs de numéros)

 La charte de Signifiances (Signifying) définit la ligne éditoriale de la revue.

  1. Thèses fondamentales de la revue Signifiances (Signifying)
  • Le langage est mouvement parmi d’autres mouvements, un mouvement incarné et multimodal ;
  • Le langage est construction et les faits observables ne sont que de discours, déjà construits ;
  • Au cœur du fonctionnement du langage se trouve l'interaction autant que les processus individuels ;
  • Aussi, le facteur humain doit-il figurer parmi les critères d’analyse et doit donc être pris en charge dans l’observation des activités langagières et linguistiques (affect, corporéité, déviances par rapport à la norme) ;
  • Cela suppose d’endosser toutes les dimensions de l’être vivant 

         - en tant que non inerte (suppose toute la dimension dynamique potentielle et avérée du vivant) ;

         - en tant qu’en cours de vie (suppose la dimension temporelle du vivant, et notamment du langage) ;

         - en tant qu’individu ;

         - en tant que membre d’une communauté ;

         - en tant que faisant partie d’un environnement social, écologique et objectal.

  • La réflexion métalinguistique explicite, voire la conscience métalinguistique implicite, ont l’effet de réifier le langage en créant une illusion de permanence. Cependant, toutes les deux sont soumises aussi à une démarche évolutive, bien qu’elle soit surtout de nature collective.

 

  1. Thématiques privilégiées
  • Linguistique du signifiant (dont la submorphologie lexicale et grammaticale) ;
  • Thématiques liées à l'iconicité et à l'analogie ;
  • Sémiogenèse lexicale ou grammaticale ;
  • Enaction et cognition incarnée ;
  • Interlocution et théorie de la relation interlocutive ;
  • Théorie des formes (Gestalt) ;
  • Code-switching et code-mixing;
  • Interculturalité et langage.

 

  1. Pratiques
  • La revue Signifiances (Signifying) pourra accueillir aussi bien des numéros thématiques que des varia.
  • Les numéros se composeront de 7 articles minimum et de 17 articles maximum.
  • Les numéros seront préférentiellement interdisciplinaires, pluridisciplinaires ou transdisciplinaires.
  • Il est nécessaire que participent au moins deux contributeurs étrangers (i.e. rattachés à des institutions non françaises) par numéro.
  • Le comité scientifique se compose également au moins d’un membre étranger. De préférence et dans la mesure du possible, les relecteurs d’un numéro ne devront pas figurer parmi les contributeurs.
  • Le contenu des articles et autres soumissions doit impérativement être original et innovant.
  • Le support de publication est exclusivement électronique et sa consultation est gratuite (Open Access).
  • Les coordinateurs de numéros et les auteurs seront priés de respecter la procédure électronique de la plateforme OJS de Clermont Université qui héberge la revue.
  • Les langues de publication sont le français ou l’anglais. L’introduction, quant à elle, doit être rédigée en version bilingue. Ponctuellement, une langue tierce pourrait être tolérée dans le cas d’un numéro thématique ou de varia dont cette langue serait le support privilégié.
  • Les recommandations formelles doivent également être scrupuleusement respectées (voir document « Recommandations aux auteurs »).

 

         4.Objectifs de la revue

 4.1 Diffusion, vulgarisation, valorisation des recherches autour des thématiques de la revue

La revue Signifiances (Signifying) pourra accueillir les travaux suivants :

  • Des articles ;
  • Des comptes-rendus ;
  • Des présentations de travaux de thèse ou de travaux étrangers peu reconnus ;
  • Des relectures de travaux en linguistique par le prisme des thématiques émergentes de la revue (proposant une avancée scientifique par rapport au travail initial).
  • Des numéros hors-série, où seront publiés des articles s’appuyant sur les postulats et les thématiques précédemment mentionnés

4.2  Transcender les disciplines

L’un des objectifs de cette revue est de faire naître des travaux interdisciplinaires, issus notamment des domaines suivants :

  • Tous les domaines des sciences du langage et des sciences de l'information et de la communication
  • Poétique / usages spécifiques des signifiants (lapsus, mots d’esprit, parémiologie, slogans, noms de marque, notamment)
  • Philosophie ; littérature ou rhétorique (impact de l'incarnation et/ou de l'analyse des signifiants, par exemple)
  • Sciences cognitives, psychologie sociale en lien avec le langage et discutant ou postulant des questions liées au paradigme de l'énaction, de la cognition incarnée, située ou distribuée ou de l’interlocution.

4.3 Concrétiser durablement les partenariats aux niveaux national et international

  • Le Distributed Language Group (Grande-Bretagne)
  • Le Center for Human Interaction (Danemark)
  • Le Groupe SAISIE (France)
  • Le réseau LangEnact (20 pays)
  • Le Departament de Teoria dels Lenguatges i Cienciès de la Comunicació (Université de Valencia, Espagne)