Enaction et pragmatique du discours: l'ironie comme processus discursif multistable

  • Mathilde Esclarmonde Vallespir université de Paris Sorbonne (Paris IV)
Mots-clés: enaction, ironie, pragmatique, instabilité

Résumé

Résumé

Nous voudrions montrer la façon dont, dans un cadre pragmatique, et plus précisément, dans le cadre de la pragmatique des figures (Detrie 2001), l’approche énactive nous paraît constituer un apport fondamental pour étudier certaines figures qui se caractérisent par leur instabilité. Après avoir montré la façon dont la métaphore pouvait gagner à être analysée à l’aune de cette approche (Vallespir 2014), nous souhaiterions ici montrer la façon dont l’énaction permet de construire un modèle propre à rendre compte des énoncés ironiques ; elle permet en effet d’en saisir la spécificité en plaçant au centre de sa définition cette instabilité qui, pour être souvent évoquée, demeure en marge des modélisations énonciatives de cette figure. On montrera donc la façon dont l’énoncé ironique peut être appréhendé comme processus multistable, en mettant en valeur les enjeux d’une telle redéfinition fondée sur une approche varelienne.

 

Abstract

The aim of this paper is to show that the enactive approach is a precious tool to studie from a pragmatic point of vue (Detrie 2001) any rhetorical figures which share the particularity to be unstable. As we first showed that this theoretical approach could be used to understand the way the metaphor works (Vallespir 2014), we want to apply it to another figure: irony, with the aim of building a pattern able of reporting on the way it works pragmatically. Enaction enables indeed to take up irony by one of its main characters, its instability, which stays most of the time on the borders of its definition, even if sometimes dealt with. We will show how an ironical speech can be understood as a “multistable” process, and explain what such a new definition of the rhetorical figure implies.

Biographie de l'auteur

Mathilde Esclarmonde Vallespir, université de Paris Sorbonne (Paris IV)

MCF UFR de langue française

EA STIH

Références

ATTARDO, Salvatore (2007). Irony as relevant inappropriateness. Dans R. W. Gibbs et H. L. Colston (ed.), Irony in language and thought. A cognitive science reader, p. 135-170. New York – London : Lawrence Erlbaum Associates, Taylor & Francis Group.
BONHOMME, Marc (2005). Pragmatique des figures du discours. Paris : Champion.
DENIS, Delphine (2004). Pour une approche discursive de l’Histoire littéraire : événements linguistiques et catégories esthétiques. Dans R. Amossy et D. Maingueneau (dir.), L’Analyse du discours dans les études littéraires (p. 51-61). Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.
DETRIE, Catherine (2001). Du sens dans le processus métaphorique. Paris : Champion.
DERRIDA, Jacques (1972), La Dissémination. Paris : Le Seuil.
DUCROS, Oswald (1984). Le Dire et le Dit. Paris : Éd. de Minuit.
ECO, Umberto (1985). Lector in fabula ou la coopération interprétative dans les textes narratifs. Paris : Grasset.
HAMON, Philippe (1996). L’ironie littéraire. Essai sur les formes de l’écriture oblique. Paris : Hachette.
ISER, Wolfgang (1976). L’Acte de lecture, théorie de l’effet esthétique. Liège : Mardaga.
KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine (1980). L’ironie comme trope. Poétique n° 41.
GIBBS, Raymond W. & COLSTON Hubert L. (ed.) (2007). Irony in language and thought. A cognitive science reader. New York – London : Lawrence Erlbaum Associates, Taylor & Francis Group.
MAINGUENEAU, Dominique (1993). Le Contexte de l’œuvre littéraire : énonciation, écrivain, société. Paris : Dunod.
MERCIER-LECA, Florence (2003). L’Ironie. Paris : Hachette Supérieur.
MICHAUX, Henri (1972). Dans le plâtre. Dans La Vie dans les plis, « Liberté d’action », Paris : Gallimard.
MOLINIÉ, Georges (2007). Lire Consuelo. Dans J. Gardes-Tamine, C. Marcandier, V. Vivès (dir.), Ironies entre dualité et duplicité (p. 61-65). Aix en Provence : Publications de l’Université de Provence.
PAILLET-GUTH Anne-Marie (1998). Ironie et paradoxe : le discours amoureux romanesque. Paris : Champion.
PHILIPPE G., PIAT J. (2009). La Langue littéraire. Une histoire de la prose en France de Gustave Flaubert à Claude Simon. Paris : Fayard.
VALLESPIR, Mathilde (2012). Lire, écouter, exorciser la guerre, essai de sémiotique comparée (poésie/musique). Paris : Champion.
VALLESPIR, Mathilde (2014). Pour une herméneutique de l’énaction : à partir d’un fait de langue métaphorique complexe. Dans L. Himy-Piéri, J.-F. Castille, L. Bougault (dir.), Le Style, découpeur de réel. Faits de langue, effets de style (p. 23-33). Rennes : PUR.
VALLESPIR, Mathilde (sous presse). Stylistique littéraire, musique et veille sémiotique, Musurgia. (communication présentée au colloque « Stylistique et musique », 25 septembre 2015, Université Jean Moulin, Lyon III).
VARELA, Francisco, THOMPSON, Evan, et ROSCH, Eleanor (1993). L’Inscription corporelle de l’esprit. Sciences cognitives et expérience humaine. Paris : Le Seuil.
VARELA Francisco (2002). Le présent spécieux : une neurophénoménologie de la conscience du temps. Dans J. Petitot, F. Varela, B. Pachoud et J.-M. Roy, Naturaliser la phénoménologie, essais sur la phénoménologie contemporaine et les sciences cognitives (chapitre 8, p. 341-406). Paris : CNRS éditions.
Publiée
2017-11-20