Signe et signe linguistique, du diabole au symbole

  • Didier Bottineau CNRS - LDI, Paris 13

Résumé

L’étude soumet le signe sémiotique peircien et le signe linguistique saussurien à la question de la phénoménogenèse : elle interroge la manière dont l’action du théoricien produit son objet en fonction de présupposés, de méthodes et d’intentions. En articulant ces deux démarches extrêmes, elle aboutit à l’idée que le signe, dans tous ses états, doit être abordé prioritairement d’un point de vue microgénétique à travers ses réalisations épisodiques matérielles, lesquelles jouent un rôle constituant dans l’expérience émergeant de la pratique du signe dont l’enchaînement définit l’objet. Le cadre théorique de référence sera notamment celui de l’énaction.

Publiée
2019-01-10